Abris de glace

L'ombre sur la jetée

Depuis quelque temps, j’ai pris l’habitude d’observer Catherine à son insu pendant qu’elle dort.

Cela a commencé de la même façon que bien des habitudes : presque fortuitement. Un peu trop de vin au dîner, trop de rires et de paroles à double sens ; ou bien trop de violence ensuite dans l’amour — ou pas assez.

Quand je me suis réveillé, il faisait nuit. Une vague lueur filtrait au travers des fentes des volets et venait mourir sur les lèvres de Catherine : la lumière de la lune rousse, ou peut-être tout simplement celle de la véranda que nous avions oublié d’éteindre — cela n’aurait pas été la première fois.

Sauf que cela faisait des semaines que nous n’oubliions plus d’éteindre la lumière de la véranda : en fait, nous négligions délibérément de le faire — et il m’arrivait de penser que cela faisait une énorme différence.
.../...

Pour lire la suite, télécharger la nouvelle au format PDF (160 ko)

4 Commentaire(s):

  • beau thème que celui de l'observateur d'une femme qui dort, etcomment ne pas songer à l'Albertine de Proust ? j'aime bien ton debut, je vais poursuivre..

    Anonymous rotko, le 17 juillet, 2006  

  • Vraiment très bon, ce texte ! :)

    Anonymous Anonyme, le 01 août, 2006  

  • très joli texte...

    Anonymous l-tz, le 13 août, 2006  

  • J'ai tout lu et j'ai beaucoup aimé. Vos textes ont un rythme, une mélodie (je trouve). Et j'aime la façon dont vous parlez des femmes (en particulier dans votre dernier texte publié). Je me pose toutefois une question sur vos écrits...pourquoi seulement quelques lignes. Vous laissez souvent votre lecteur en demande!

    Melle Hortensia (blogsensations)

    Blogger melle hortensia, le 24 août, 2006  

Enregistrer un commentaire

Lien(s) vers ce billet:

Créer un lien