Abris de glace

Maison à vendre

« Au revoir, monsieur Paoli. Et bonne chance ! »

J’ai dit merci au revoir.

Dehors, j’ai marché un peu pour m’éloigner avant de héler un taxi.

Quand je lui ai donné l’adresse, le chauffeur m’a regardé drôlement. Je me suis cru transporté dans un de ces films muets où les acteurs forcent leur jeu jusqu’à la caricature. Comme si cela ne suffisait pas, de petits textes pléonastiques accompagnent généralement les images en sous-titre, dans ce genre de vieux films ; eh bien, je m’attendais à voir apparaître en surimpression sur la mimique du chauffeur le cartouche IL EST éBAHI !, en lettres ourlées et gigantesques.

Mais c’était juste que j’avais perdu l’habitude de voir les visages exprimer autre chose que leur adhésion forcée à un masque morne et inexpressif derrière lequel se cachaient les émotions.
.../...

Pour lire la suite, télécharger la nouvelle au format PDF (180 ko)

0 Commentaire(s):

Enregistrer un commentaire

Lien(s) vers ce billet:

Créer un lien